Par Elyane LEBRE

Ni hippy, ni boboesque, le cru est la nouvelle tendance gastronomique

Le cru, une tendance qui déboule – une fois de plus – des US via les palais people de Woody Harrelson, Donna Kara, Moby, Nathalie Portman, David Bowie, Uma Thurman ou encore Demy Moore.

manger cru, anti-âge

Mais comme nous ne sommes pas des stars sensibles et diététiquement parfaites, faut-il, pour être hype, offrir des vacances à son four et se nourrir comme un lapin ? C’est un peu plus subtil…

Tout ce que vous avez voulu savoir sur le cru sans jamais oser le demander

Arme fatale pour une super santé, la diététique du cru est d’abord une vraie détox, passant par l’éviction de toutes les nourritures cuites et transformées, des ingrédients industriellement pervertis, des laitages et du gluten. C’est une manière de vampiriser les vitamines et de se faire un plan love avec un style de vie jubilatoire.

Cuire est-ce que c’est kitch ?

Chauffer les aliments au-dessus de 46° détruit les enzymes, diminue et parfois beaucoup trop, les vitamines et les minéraux. Or les enzymes aident à la digestion et à l ‘absorption des aliments et quand ils sont cuits, ils ont crapuleusement perdu ces fameux enzymes (car cuire change la structure moléculaire des aliments). Les vitamines et minéraux, qui sont vitaux pour une santé optimale, sont hautement présents dans les produits frais  et bio: un axe majeur en diététique anti-âge.

Est-ce que manger cru signifie brouter?

Mais non ! Outre la razzia sur les fibres, les vitamines, les nutriments des légumes, fruits, viandes, œufs, poissons, vous allez  découvrir des textures nouvelles, des matières superbes et une grande fraîcheur. Les menus végétariens et/ou omnivores proposent des glaces, gâteaux et même des pizzas, tout en immisçant sainement les algues, les graines germées, les oléagineux, du lacto-fermenté et des huiles parfumées,… Cependant cuire les tomates permet de mieux exalter leur lycopène.

De quoi a-t-on besoin ?

De peu : d’un blender puissant, d’un mixer, d’une mandoline sérieuse et d’un super couteau. Plus tard, si affinités avec le cru, on peut s’offrir les services d’un déshydrateur et d’un spiralizeur. Mais on peut simplement commencer avec une bonne planche à découper en bambou et un couteau.

Quels sont les bénéfices ?

Légions ! Energie, teint éclatant, perte naturelle de poids, réduction des risques de maladies cardiovasculaires, alcalinisation du corps, Niagara  d’antioxydants, hydratation, nourriture nutritionnellement dense. Manger cru peut aussi aider à se protéger contre les maladies dégénératives, comme l’arthrite et les maladies cardiaques. Et consommer ses végétaux crus aide à réduire le risque de cancers de la gorge, de l’œsophage et de l’estomac. N’en jetez plus !

Comment augmenter le cru dans votre foodstyle ?

Allez-y doucement  sous peine de trop perturber votre diète habituelle (sans parler de votre colon !). Ajoutez des fruits frais à votre petit-déjeuner, en milieu de matinée et à l’heure du goûter. Préparez des crudités sexy pour vos entrées et des jus de fruits frais lorsque vous avez soif. Enflammez votre cuisine de plats aux couleurs saturées : smoothies, tartares, carpaccios, millefeuilles et ceviches deviennent vos meilleurs atouts.

Quels sont les impératifs du cru ?

Du frais, du frais, du frais. Soyez intransigeant sur l’origine, la qualité et la fraîcheur des produits. Soyez locavore, soyez bio, pensez saison, provenance- même exotique- et traçabilité.

Mais encore ?

L’hygiène doit être acérée. En effet, ce n’est pas parce que la cuisine est  crue que sa préparation doit être foutraque, au contraire. N’interrompez jamais l’inviolable chaîne du froid même pendant le transport. Nettoyez avec grand  soin les différentes planches à découper (pour les produits animaux et végétaux), les couteaux et les peaux des légumes avant de les détailler. Sans parler des mains et des ongles !

Qu’est-ce qu’on y gagne ?

Une estampille verte. En effet, pas de produit issu de l’agroalimentaire : ils sont sans pesticides ni engrais et vous serez moins énergivore. Pas de cuisson, donc encore pas de dépense énergétique, pas de poêle, pas de casserole, pas de four ni de hotte. Transformés, les aliments sont plus chers, ainsi vous échappez à un véritable hold-up. De l’imagination et un bon couteau et c’est un triomphe pour les empotés de la spatule.

Dois-je manger totalement cru ?

Vous n’avez pas à être un crudivore forcené pour en avoir tous les bénéfices. A partir de 50% de cru dans le menu, on constate déjà un va-va voum d’énergie. Pousser plus loin, jusqu à 80% et c’est le teint de pêche et la super énergie absolue.  Il faut savoir cependant qu’ il n’est pas toujours facile, même si l’on irradie de fraîcheur et de glamour, de convaincre famille et amis de s’y coller. Rusé comme un goupil, préparez des plats délicieusement crus sans en annoncer la couleur  et quand c’est bon, une connivence féconde se fait toujours autour de la tablée.

En conclusion, pensez cru !!!! 

Pensez cru comme une autre façon de manger mais certainement pas comme une alimentation au rabais : il ne s’agit pas de recréer des plats cuits, il s’agit de création sur les saveurs. C’est une autre manière un peu provocante et innovante d’être gourmet en gardant l’œil sur ses artères. Et si le cru était la nouvelle subversion ?

Encadré

Recette du Tahin Dip

1 gousse d’ail/ 6 c à s de jus de citron/ 2 c à s de feuilles de basilic/ 1 c à s de ciboulette / Sel / 120 gr de tahin (purée de sésame)

Déposer dans le bol du mixeur les 5 premiers éléments. Mixer. Ajouter le tahin et mixer brièvement (sans que cela devienne une purée amère). Tartiner sur les lamelles de concombre, de radis noir. Ou alors, tremper des carottes et des tiges  de cèleris dans ce dip.

D’autres recettes sur  www.nutridelix.com

Fin encadré

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *