De nombreuses taches pigmentaires peuvent apparaitre sur le visage, le décolleté, le cou ou les mains en raison de l’âge ou de facteurs comme une intense exposition au soleil. Il est possible aujourd’hui d’apporter plusieurs traitements que ce soit chez votre dermatologue ou à domicile.

Taches pigmentaires

Dès 30 ans, de nombreuses femmes voient apparaître sur leur peau des taches brunes ou des irrégularités pigmentaires. Il peut s’agir de lentigos, aussi appelés taches de vieillesse principalement dus au vieillissement (lentigos séniles) et aux expositions solaires importantes (lentigos solaires), d’un mélasma généralement du aux dérèglements hormonaux pouvant survenir lors de la prise de certains médicaments ou pouvant être provoqué par une exposition solaire sans protection durant la grossesse (masque de grossesse ou de chloasma), de pigmentation post-inflammatoire, suite à un bouton d’acné ou à une cicatrice par exemple (la tache est alors engendrée par l’inflammation).

Ces taches sont dues à une accumulation anormale de la mélanine, pigment naturel qui donne la couleur de la peau et assure sa protection contre les effets néfastes des UV (par le bronzage). La pigmentation devient irrégulière et localement désordonnée. Elles surviennent avec l’âge sur certains types de peau et de façon privilégiée sur les parties découverte du corps : visage, cou, décolleté, avant bras et mains. Les circonstances d’apparition de ces taches sont très variées. La grossesse sur l’ensemble du visage (pigmentation en masque), l’utilisation de certains contraceptifs (pigmentation lèvre supérieure et front). La photosensibilisation, centrée sur le cou, le décolleté, la lèvre supérieure due aux parfums ou à certains médicaments, l’utilisation d’eau de toilette sur le torse chez les hommes avant exposition solaire, l’utilisation de produits décolorants pour le duvet. Les coups de soleil à répétition sur le décolleté (zone très fragile à bien protéger par écran indice 50 +), la conduite en  voiture (mélasma plus important à gauche), le port  de lunettes de soleil (pigmentation en bordure des verres due au phénomène de réverbération), l’épilation à la cire trop chaude (phénomène d’irritation), la décoloration de la lèvre supérieure (imprégnation pigmentaire), l’utilisation d’huile de carotte, citron, hammam, frictions répétée (aggravation des taches sur phototypes foncés). L’acné, en particulier chez les peaux noires peut déclencher l’apparition de taches au niveau des cicatrices (pigmentation post-inflammatoire). Le terrain génétique rentre aussi en ligne de compte. Par exemple, on note souvent l’apparition de cernes foncés et hyperpigmentés chez les femmes d’origine Maghrébines.

Les traitements médicaux chez le dermatologue.

En fonction de l’origine, du nombre de taches et de votre couleur de peau, plusieurs traitements peuvent être proposés par votre dermatologue seuls ou en association.

La cryothérapie (azote liquide) qui  brule par le froid sera utilisable si les taches sont peu nombreuses. La microdermabrasion est un peeling superficiel par projection de micro-cristaux d’oxyde d’alumine. Il sera utilisé plutôt sur les peaux résistantes pour les préparer à un autre traitement dépigmentant. Les peelings exfolient la peau plus ou moins fortement pour une dépigmentation de grande surface. Ils peuvent être superficiels (glycolique, salicylique, mandélique) ou moyens (TCA : acide trichloracétique) en fonction du patient. Les lasers pigmentaires (par exemple Q-switched ruby, QS alexandrite ou Nd:YAG QS) dont le rayonnement est absorbé par la mélanine qu’il détruit, sans endommager les tissus environnants sont utilisés pour une dépigmentataion ciblée. La lumière intense pulsée (IPL ou encore « lampes flash ») en délivrant des photons de plusieurs longueurs d’onde sera utilisée pour le traitement de zones plus importantes. Dans le domaine des innovations, notons l’apparition plus récente de systèmes qui optimisent la délivrance de produits cosmétiques au niveau de la peau en associant plusieurs technologies. On peut ainsi avoir recours à des traitements combinés comme la TMT (Mesoestetic) et le concept SKIN’ECLIPSE qui associe plusieurs technologies comme la chromathérapie, l’électroporation, la technologie LED et la lithothérapie autorisant une  personnalisation du traitement en fonction du type de peau, de la couleur de peau et de la zone à traiter. Ces différents systèmes sont utilisés en association à des produits cosmétiques dépigmentants dont ils favorisent l’action.

Comment les traiter en institut et à domicile ?

Des soins spécifiques éclaircissants, souvent inspirés des pratiques de la médecine esthétique sont faits en institut. Ils comprennent généralement plusieurs étapes dont un peeling très léger souvent aux acides de fruits provoquant une desquamation légère suivi d’un masque éclaircissant. Ces soins réalisés en instituts sont à faire en cure de plusieurs séances.

Traiter à domicile sert de relai ou de préparation à un acte effectué en cabinet. Il est souvent nécessaire et recommandé par votre dermatologue, après une intervention, de continuer un traitement à domicile. Il existe alors des solutions dermocosmétiques visant soit à corriger soit à masquer les taches. Il faut néanmoins savoir que le traitement cosmétique dépigmentant est long (de 12 à 24 mois).

Les produits à utiliser contiennent souvent plusieurs actifs associés. Parmi ceux-ci certains assurent une exfoliation des cellules de l’épiderme chargées en mélanine comme les AHA (acides glycolique, mandélique, phytique…), les betahydroxyacides (acide salicylique). Ils vont favoriser la pénétration des autres composants. D’autres vont inhiber la formation de la mélanine, ce sont souvent des inhibiteurs de la tyrosinase, enzyme clé dans la fabrication de la mélanine. On peut citer l’extrait de réglisse, de busserole (arbutine), de murier, l’acide azélaïque, l’acide kojique, la vitamine C qui de plus décolore la mélanine. Enfin certains empêchent le transfert de la mélanine vers les cellules de l’épiderme (niacinamide). A titre d’information, voici quelques produits dépigmentants : Mela D (La Roche Posay), Dermamelan (Bodyestetic), Lightening Gel (Mene&Moy), Pigment Regulator (SkinCeuticals), Depiderm (Uriage), Even Better (Clinique), Sérum Dépigmentant (Skin’Eclipse).

Pour masquer les taches, des correcteurs spécifiques existent : gamme Couvrance (Avène), gamme Dermablend (Vichy),  gamme Color Control (Cosmodex). Il faut enfin insister sur l’importance de la photoprotection pendant et même après le traitement par l’utilisation de produits solaires à indice de protection élevé (FPS 50+).

La prévention est particulièrement importante pour conserver une belle peau sachant que la prédisposition naturelle reste difficile à prévenir. Néanmoins, on connait aujourd’hui les effets néfastes du soleil et les effets bénéfiques des anti-oxydants. Il est donc plus que recommandé d’utiliser très tôt des crèmes à base d’anti-oxydants contenant par exemple des extraits de thé vert, de romarin, du sélénium, des vitamines C et E  (ex : Diode 1 Diode 2 Alchimie Forever, CE Ferulic  Skin Ceuticals, Cellex C Cosmovogue , lotion C 20 Mene&Moy,…)

Ces anti-oxydants sont à appliquer avant la protection solaire d’indice élevé. Ils permettent de créer un bouclier de protection de peau. Enfin le cosmétologue à une place de choix dans le traitement dépigmentant, il devra servir de guide à la patiente, dans l’éducation, le suivi du contrat de soin qui le lie au patient.

Peaux asiatiques et noires

Peaux asiatiques :

Généralement, on constate sur les peaux asiatiques des taches pigmentaires surtout au niveau des pommettes, une résistance au laser (voir impossibilité de les traiter avec des lasers), des peaux très fragiles notamment au niveau péri-oculaire qui est une zone très facilement irritable. Il faut effectuer  des peeling légers répétés à base d’acide glycolique (canne à sucre) et utiliser en relais des crèmes dépigmentantes non irritantes en laissant un espace de soin cocooning afin que la peau soit apaisée. On peut aussi utiliser les peelings à base d’amande (acide mandélique) combinés avec la chromathérapie qui n’irriteront pas la peau et qui peuvent être pratiqués tout au long de l’année ce qui est le cas du traitement Skin’Eclipse.

Peaux noires :

Ces peaux souvent acnéiques en général sont des peaux grasses avec apparition de nombreux boutons entrainant des taches pigmentaires post inflammatoires. Il est donc nécessaire de traiter d’abord l’acné  c’est-à-dire le terrain, avant de traiter la tache. Je recommande des peelings à base d’acide salicylique (écorce de saule) qui vont régulariser la séborrhée et diminuer l’acné en relais des crèmes exfoliantes à base d’AHA, mais on peut aussi avoir recours à la microdermabrasion ou au masque à la vitamine A acide.

A retenir

De nombreux traitements permettant de réduire les taches pigmentaires existent aussi bien chez votre dermatologue, en institut ou à domicile : cryothérapie, TCA, microdermabrasion, lasers pigmentaires, LED, cosmétiques de correction ou de prévention.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *